Mettre en lumière les potentialités insoupçonnées du sol

Les bactéries fixatrices d'azote

Ce type de bactérie possède la particularité de pouvoir fixer l'azote présent dans l'air pour assurer la synthèse de composés azotés.

Certaines de ces bactéries vivent en symbiose avec les racines des légumineuses (fabacées : haricots, fèves, petits pois..). On parle de symbiose puisque la plante fournit des substances nutritives à base de carbone et en retour ces bactéries fournissent des composés azotés assimilables aux plantes. Ces bactéries forment des nodosités sur les poils absorbants des plantes.

                                        nodosites

 Développement de nodosités fixatrices d’azote. A, système racinaire de Vigna radiata couvert de nodules. B, nodosités de V. unguiculata 36 jours après l’inoculation de Sinorhizobium fredii NGR234. C, section d’une nodosité avec en son centre et colorée en rose par la leghémoglobine, la zone des cellules végétales qui sont infectées par les rhizobia. Principales étapes du processus de formation et d’infection des nodosités: D, les rhizobia (rz) symbiotiques induisent la courbure de poils absorbants (rh), et forment un centre d’infection (ic) puis un cordon d’infection (it); E, en progressant en direction du primordium nodulaire (np) constitué de cellules corticales en division (c), le cordon d’infection se ramifie (rit); F, à l’extrémité du cordon d’infection (it), les rhizobia (rz) sont libérés dans le cytoplasme d’une cellule de la nodosité où ils se différencient en bactéroïdes (bc). Un ou plusieurs bactéroïdes entourés par une membrane végétale péribactéroidienne forment un « symbiosome » (s).

(Extrait du site http://www.jmilu.com/svt/articles.php?lng=&pg=118)

 

Cette symbiose va enrichir le sol en azote : ainsi il est admis que ces légumineuses assurent un apport en azote de l'ordre de 300 kg/ha. Ce qui est tout à fait intéressant puisque les besoins en culture d'une plante incapable de fixer l'azote sont de cet ordre de grandeur : une culture de blé dont le rendement est de 90 q/ha a un besoin de 270 kg d'azote/ha (document Chambre d'agriculture).